Jour de vote avec l'Archevêque Nzapalainga à l'école Gbaya Dombia au km5 le 30 décembre 2015

Publié le par Wakodro

Le 30-12-2015, jour de vote à l'école Gbaya Dombia, km5, avec Monseigneur Nzapalainga
Le 30-12-2015, jour de vote à l'école Gbaya Dombia, km5, avec Monseigneur NzapalaingaLe 30-12-2015, jour de vote à l'école Gbaya Dombia, km5, avec Monseigneur Nzapalainga
Le 30-12-2015, jour de vote à l'école Gbaya Dombia, km5, avec Monseigneur NzapalaingaLe 30-12-2015, jour de vote à l'école Gbaya Dombia, km5, avec Monseigneur NzapalaingaLe 30-12-2015, jour de vote à l'école Gbaya Dombia, km5, avec Monseigneur Nzapalainga

Le 30-12-2015, jour de vote à l'école Gbaya Dombia, km5, avec Monseigneur Nzapalainga

LE PEUPLE CENTRAFRICAIN A VOTE

Je suis très heureux et satisfait

Heureux et satisfait de ce jour exceptionnel, le 30 décembre 2015. Mon combat pour l'unité de notre pays et la réussite des élections couplées a donné de bons fruits. Un jour de bonheur national.

Auparavant, le 13 décembre 2015, jour du référendum, je m'étais sacrifié pour barrer la route aux extrémistes fauteurs de troubles. J'ai été attaqué en raison de mon amour pour la paix dans mon pays. J'y ai perdu mon Assistant personnel, Zaïd Abdoulaye. Les deux embuscades de ce jour ont fait beaucoup de blessés dont mon chauffeur Junior Chérif Abbas, Hissein, Zakaria et autres. Ma démarche pacifique avait pour but de sensibiliser les populations à voter librement et démocratiquement. Chose faite. Dieu merci.

Je suis fier de mon pays et de mon Peuple.

En notre persévérance et notre constance dans la lutte pour la paix et l’unité de notre territoire, nos détracteurs qui se moquaient de nous hier ont vu les limites de leur acharnement malsain contre le peuple Centrafricain, car notre peuple, grand et fier, a prouvé qu’il pouvait se réconcilier en un seul instant. Un instant de vote. Un vote de paix, de réconciliation et de sortie de crise. La cohésion sociale est en marche. A jamais. Une marche sans détour et sans faille. Le peuple a gagné le pari : les populations Centrafricaines, dans leurs diversités ethniques et religieuses, ont voté en toute dignité dans l’unité nationale.

Nous ne nous sommes jamais divisés mais nous avons été trompés par les extrémistes. Comme dirait l’adage « on ne peut pas tromper tout le monde tout le temps ».

Ce jour, Dieu l’a bien voulu, j’ai été avec l’Archevêque Dieudonné Nzapalainga. Cela a été un moment de grande communion devant tous les électeurs présents. Un signal fort de cohésion, de réconciliation et de paix. La page des violences est tournée. Malheur à celle ou celui qui tentera de recommencer.

Mohamed-Moussa Dhaffane

Publié dans Mes posts

Commenter cet article