Conférence de presse de l'Autodéfense du KM5: rassurer l'opinion publique de notre engagement pour le DDR

Publié le par Wakodro

 

CONFERENCE DE PRESSE

Autodéfense du PK5 et ORJEMUSCA

***********

YOUSSOUF AHMAT, Coordonnateur General de l’Autodéfense

Excellence, Monsieur le Ministre d’Etat,

Distingués invités et chers collègues ;

Mesdames et messieurs les Journalistes ;

Permettez-moi d’abord de vous souhaiter la bienvenue.

L’honneur m’échoit de prendre la parole en ce jour, pour vous dresser la situation de l’Autodéfense et de l’Organisation de la Jeunesse Musulmane (ORJEMUSCA) en collaboration avec l’association MATABISSI TI SIRIRI sous l’égide du Général Mohamed-Moussa DHAFFANE ici présent dont nous saluons le patriotisme.

Cette conférence de presse à pour but de rassurer l’opinion publique nationale et internationale de notre engagement à continuer le désarmement des esprits et des cœurs avant celui des armes pour un meilleur vivre ensemble dans notre pays. Nous voulons rassurer nos compatriotes de la sincérité de notre engagement patriotique.

En effet, l’ORJEMUSCA est une association de la jeunesse musulmane mise en place depuis l’année 2007 et reconnue par la Décision d’Agrément N°235MATD/DIRCAB/DAPA/SASE du 06/10/2009. Depuis lors, elle a toujours coopéré en tant qu’organisation de la société civile avec les différents gouvernements de notre pays, les partenaires au développement et les autres acteurs de base.

Pour ce qui concerne l’Autodéfense, elle est née de la crise intercommunautaire connue dans notre capitale Bangui après la chute du pouvoir de Michel DJOTODIA. Elle s’est constituée à partir de Décembre 2013 dans un contexte de débandades, de traques des musulmans dans les arrondissements de Bangui, avec les cortèges de victimes et de destructions que nous savons tous.

La trajectoire et la progression des Antibalakas s’orientaient de plus en plus vers le PK5, dernier bastion de retranchement des musulmans désormais auréolé d’une ceinture d’insécurités à partir de Janvier 2014. Les attaques et les ruées intempestives des cortèges de nos congénères à destination de l’intérieur du pays, du Tchad et du Cameroun, laissèrent une minorité désemparée d’environ 3000 hommes à majorité des jeunes dans un cul de sac du PK5. Ne trouvant nul échappatoire que leur patrie la RCA, cette minorité d’hommes et de femmes restés au PK5, a décidé de s’organiser en autodéfense du PK5.

Comme autodéfense, nous avons essuyé de Décembre 2013 à la cessation des hostilités, plus de 67 attaques et enregistré une centaine de meurtres et de lâches assassinats de nos proches. En réactions à ces attaques et tueries, des contre attaques et des représailles sont lancées par l’Autodéfense du PK5 avec des conséquences désastreuses que nous regrettons tous à ce jour.

Depuis toujours, nous n’avons cessé de saisir et de rencontrer les corps diplomatiques, le système des Nations-Unies, les responsables des forces de la MISCA, de la MINUSCA, de la SANGARIS, de l’EUFOR et même les autorités nationales, pour envisager des voies de compromis et de résolution de la crise. C’est ainsi que des engagements et des mesures formelles de confiance ont été prises avec les forces internationales pour éviter tout dérapage au pire moment de la crise.

Comme bilan de nos actions, la perpétuation de la cohésion sociale et du vivre ensemble, la coexistence des mosquées et églises, l’absence des « KOUSKETS », la protection des institutions publiques et privées, des humanitaires, la contribution à la sécurisation des consultions populaires à la base de Janvier 2015 et à la restauration de l’autorité de l’Etat dans le 3e arrondissement, la signature du Pacte de non-agression avec nos frères du quartier Boeing pour la réouverture de notre cimetière, la sécurisation de la visite papale, la tenue des différentes élections, sont à mettre aussi à l’actif de l’Autodéfense et de la jeunesse du PK5. Par notre engagement citoyen et républicain aux côtés des forces internationales et conventionnelles pour braver les intimidations et la terreur au prix de notre sang en date du 13 Décembre 2015 pour réussir le vote Référendaire, les campagnes et les élections démocratiques dans le 3e arrondissement ont abouti avec l’élection du Président Faustin Archange TOUADERA.

C’est l’occasion de remercier solennellement très sincèrement, l’ancien Ministre d’Etat, le Général Mohamed-Moussa DHAFFANE, pour son engagement républicain en optant pour la voie de la paix et de la réconciliation, de la cohésion sociale et du pardon en ne cessant pas de soutenir les populations civiles et notamment la jeunesse en toute circonstance, celui-ci a failli perdre sa vie en ce 13 Décembre 2015.

Au vu de tout ce qui précède, il résulte que, malheureusement, toutes ces actions positives et républicaines ne nous sont pas reconnues à cause de nos détracteurs. Ils nous ont traités de tous les maux, de voyous, de bandits armés, ils nous ont assimilés aux terroristes, aux djihadistes, aux mercenaires et autres, l’Autodéfense et la jeunesse du PK5 ont toujours fait inutilement l’objet de diabolisation, de stigmatisation et d’isolement.

Dans notre société, comme dans toute organisation, il y a des bras cassés ou des incontrôlés. De toute évidence, nul n’est innocent par rapport à cette crise. Nous sommes tous responsables. Attaques ou représailles, cette crise absurde a duré plus de deux ans, a fait des victimes et des dommages innocents et a laissé des destructions et des fractures sociales sans précédent dans le pays.

S’il y a légitime défense, il n’y a pas de légitimes victimes ni dommages car ce sont les fils et filles du pays qui ont péri ou perdu des êtres et des choses chères. C’est donc pour moi l’occasion, au nom des entités que je représente ici, d’exprimer à l’endroit du peuple centrafricain et de la communauté internationale, toutes nos compassions, nos profonds regrets et notre mea culpa pour les bêtises survenues ci et là dans notre pays.

C’est également l’occasion de réitérer nos reconnaissances et remerciements à l’ensemble de la communauté internationale et à la France qui ont bien voulu être à nos chevets dans ces moments difficiles, en nous aidant à éviter le plus pire.

Par ma voix, nous voudrions aussi saluer l’engagement et la détermination de Son Excellence Madame la Présidente Catherine SAMBAPANZA qui a permis à notre cher et beau Pays de sortir du chao, à travers l’organisation des fora politiques et sociaux ayant abouti à l’élaboration d’une nouvelle constitution d’une part, à la stabilisation progressive du Pays et l’organisation des scrutins libres, transparents et démocratiques.

C’est aussi l’occasion de féliciter vivement la maturité politique et le patriotisme dont a fait montre le peuple centrafricain tout entier en s’exprimant de façon démocratique et dans la dignité lors des derniers scrutins organisés par l’Autorité Nationale des Elections (ANE). Que l’ANE et sa Présidente, Madame Marie-Madeleine N’kouet, trouvent ici nos chaleureuses félicitations et notre gratitude pour le travail accompli.

Cependant, permettez-nous, au nom des entités que nous représentons ici, de vous exprimer nos principales frustrations. Comme principal acteur de la crise, l’autodéfense n’a jamais été prise en compte dans les différents foras tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. De l’Accord de cessation des hostilités de Brazzaville, en passant par les rencontres de Rome, au forum de Bangui jusqu’à la mission de Vienne ou de Kigali, l’Autodéfense a toujours été écartée au profit des personnes mal indiquées, coptées ici et là. La cooptation et l’exclusion ont toujours été le principal mode de gouvernance de nos dirigeants locaux. Or, qui mieux que nous-mêmes peut parler de nous ?

En saluant l’élection du nouveau Président de la République, le Professeur Faustin Archange TOUADERA, nous espérons que les choses vont radicalement changer et qu’un élan de formatage et de normalisation sera enfin engagé. C’est donc l’occasion d’attirer l’attention des nouveaux dirigeants de compter désormais avec la jeunesse centrafricaine engagée, qui n’est plus prête à se laisser manipuler, qui a opté pour une gouvernance participative à la base, juste et inclusive.

Le KM5 n’est pas un Etat à part. Il fait partie intégrante de la Nation. En appelant la conscience nationale à cesser avec tout concept de stigmatisation à notre égard, l’Autodéfense et la jeunesse affirment haut et fort qu’ils ne sont ni des voyous, ni des hors-la-loi, moins encore des apatrides. Citoyens à part entière, nous ne souhaitons pas être des exclus de la société. Bien au contraire, nous devons avoir les mêmes droits et devoirs et, par conséquent, être intégrés à tout processus de reconstruction nationale.

Et comme nous maîtrisons le maniement des armes de différents calibres, nous souhaitons vivement être pris en compte notamment dans le processus DDR. Car, désarmement ou pas désarmement, nos armes se remettront d’elles-mêmes lorsque nous nous sentirons plus en sécurité dans une Centrafrique inclusive, juste et paisible.

La reprise des activités au PK5 en un temps record, témoigne de notre volonté à aller de l’avant dans la paix. Nous attendons donc nous engager résolument dans les actions républicaines pour le redressement et la reconstruction effective de notre chère patrie. Ensemble pour une Centrafrique unie, paisible, forte et flamboyante.

Vive la paix, pour que vive la République Centrafricaine.

Je vous remercie.

Publié dans Mes posts

Commenter cet article