Communiqué relatif à la déception pour non respect des conditions du cessez-le-feu du 21 juin 2011

Publié le par cpsk

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Relatif à la déception des combattants pour la non application par le Gouvernement centrafricain des conditions liées à l'Accord du cessez-le-feu du 12 juin 2011

 

Pour éclairer les lanternes des uns et des autres, les délégués ayant pris part à l'Assemblée Constituante de la Convention Patriotique du Salut du Kodro (CPSK), informent l'opinion publique que c'est grâce à la volonté du Général Dhaffane Mohamed-Moussa qu'un accord de cessez-le-feu a été signé en juin 2011.

 

En effet, c'était lors d'une réunion qu'il a tenue avec le Colonel Abdallah Youssouf, le Colonel Issa Israye, le Lieutenant Colonel Mahamat Chongol et le Chef Secrétaire Abdoulaye Alguech, tous officiers de la CPJP, que le Général Dhaffane Mohamed-Moussa, fort du soutien de ces officiers et d'autres membres influents, a réussi à faire accepter groupe dirigé par Abdoulaye Issène, l'impératif de signer le Cessez-le-feu du 12 juin 2011 pour permettre aux populations civiles de retrouver une vie normale. Mais le Pouvoir de Bangui refuse d'avoir les faiseurs de paix pour interlocuteurs. SOIT !

 

Par ailleurs, l'existence d'une connivence liant le groupe ci haut cité avec d'autres groupes armés étrangers opérant illégalement sur le Territoire national, a conduit le Général Dhaffane Mohamed-Moussa à rompre toute collaboration avec Abdoulaye Issène et ses hommes.

 

Aujourd'hui, le Général Dhaffane Mohamed-Moussa ne travaille qu'au retour de la stabilité et de la sécurité afin qu'ensemble nous nous attaquons au défi du développement qui s'impose à notre pays. Ayant été à l'origine, avec la CPJP, pour faire la guerre, il est à l'initiative, avec la CPSK, pour ramener la paix. Dieu merci ! L'Histoire retiendra l'épisode.

 

Or depuis qu'il a tendu la main pour faire la paix, il n'a reçu pour toute réponse qu'un refus déguisé, en dépit des discussions très tôt entamées. Puisque le Général Dhaffane Mohamed-Moussa a reçu maintes visites du Directeur de la Sécurité intérieure du Général François Bozizé, hormis le contact établi avec le Conseiller Politique de ce dernier en décembre 2009. A tous, il a fait part de son envie de faire la paix. Mais, cette attitude est jugée par le gouvernement comme une faiblesse. La leçon est comprise.

 

Seulement, nous sommes au regret de constater que la menace d'une relance des hostilités surgit à cause de la mauvaise volonté du Gouvernement centrafricain qui n'a pas respecté les conditions du Cessez-le-feu du 12 juin 2011 dont la principale est la libération des prisonniers.

 

Malgré tout, la CPSK continu de croire à une solution négociée pour faire la paix, et non se contenter de l'actuelle accalmie où l'envie de faire la guerre continu de bouillonner dans certains esprits revanchards.

La CPSK en appelle donc à la mobilisation de tous les compatriotes, partis politiques, associations et autres organisations des droits de l'Homme, aux Organisations internationales, aux pays amis et partenaires de se mobiliser pour exiger enfin la tenue rapide de négociations franches et directes pour ramener définitivement la paix.

 

Fait le 21 juin 2012

 

Pour les Délégués,

 

Modou Ketté Djiddo

Rapporteur Général

Publié dans CPSK archives

Commenter cet article